Bataille Tolbiac
Le bapteme de Clovis
Grégoire de tours histoire des Francs

Sous l'influence de Remi, évêque de Reims, Clovis comprend l'intérêt de compter sur le soutien des populations gallo-romaines en adoptant leur religion. Sa femme Clotilde, fille du roi des Burgondes et catholique, le pousse à se convertir.

Le baptême de Clovis 

 En 496, à Tolbiac les Francs repoussent une attaque des Alamans. Selon la légende, c'est au cours de cette bataille que le roi des Francs aurait imploré le secours du Dieu de Clotilde et pris la résolution de se convertir.

Clovis, revêtu d'une robe blanche symbole de sa pureté, s'immerge dans l'eau et reçoit l'onction à l'aide d'une huile consacrée. Trois mille de ses guerriers la reçoivent à leur tour, attestant l'adhésion du peuple franc à sa nouvelle foi. Grace à sa conversion au catholicisme, Clovis devint l’ami des évêques chrétiens de la Gaule qui l’aidèrent à vaincre les Visigoths.

Grégoire de Tours, , né en 538 ou 539 et mort à Tours en 594, fut évêque de Tours, historien de l'Église et des Francs.

Grégoire de Tours,

 Histoire des Francs.

Ary Scheffer La bataille de Tolbiac

  

BnF, Manuscrits, N. acq. fr. 1098 fol. 50

  

Documents: Grégoire de Tours: Histoire des Francs.

  

Pour en savoir plus:

La conversion de Clovis
Cliquer

 La conversion de Clovis

« La reine Clotilde demandait sans cesse à son mari de se convertir. Mais elle ne parvenait pas à le convaincre. Un jour, la guerre fut déclenchée contre les Alamans. Le conflit dégénéra en un violent massacre et l’armée de Clovis fut sur le point d’être vaincue. Emu jusqu’aux larmes, Clovis s’écria : « Jésus-Christ, je te demande ton aide. Si tu me donnes la victoire, je me ferai baptiser en ton nom. » Au moment même où il disait ces mots, les Alamans commencèrent à prendre la fuite. »

D’après Grégoire de Tours, VIe siècle.

Le baptême de Clovis
Cliquer

« Ayant arrêté la guerre, la paix faite, Clovis rentra et raconta à la reine Clotilde comment, en invoquant le nom du Christ, il avait mérité la victoire. Alors la reine fit venir en cachette saint Rémi, évêque de Reims. […] Clovis se rendit au milieu de son peuple et avant qu’il n’eût pris la parole, tout le peuple s’écria : Les dieux mortels, nous les rejetons. C’est le Dieu immortel que prêche Rémi que nous sommes prêts à suivre. » Ces nouvelles portées à l’évêque qui fait préparer la piscine. Le roi demanda à être baptisé. Lorsqu’il fut entré pour le baptême, saint Rémi l’interpella en ces termes :  «  Dépose humblement tes colliers […]. Adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré… !» 


D’après Grégoire de Tours (538-594), Histoire des Francs

Le baptême de Clovis

 « Le roi, ayant confessé qu’il reconnaissait un seul Dieu tout-puissant en trois personnes, fut baptisé au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et reçut l’onction avec le signe de la croix. Après lui, plus de trois mille hommes de son armée reçurent aussi le baptême. »

 « Les rues étaient ombragées de tentures de couleurs, les églises ornées de rideaux blancs et le baptistère est apprêté… Le roi s’avance. Lorsqu’il entre pour le baptême, Remi, le saint de Dieu, l’interpelle :

-  dépose humblement tes colliers. Adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré… Plus de trois mille hommes de son armée furent également baptisés. »

D’après Grégoire de Tours (538-594), Histoire des Francs

Cliquer sur les images pour les agrandir

Cliquer sur les images pour les agrandir

Grégoire de Tours a vécu à l’époque des petits-fils de Clovis, il n'avait donc pas pu assister au baptême de Clovis, mais il disposait de quelques sources écrites et du témoignage oral des témoins encore vivants.